asarcık escort - escort eskişehir - diyarbakır escort - ankara escort - escort bayan

Département d'histoire

Actualités

Joanne Burgess admise au Cercle d’excellence de l’Université du Québec

La professeure Joanne Burgess a été admise au Cercle d’excellence de l’Université du Québec. Cette distinction souligne son importante contribution à la discipline historique et au rayonnement de l’UQAM. Spécialiste de l’histoire de l’industrialisation et du travail au XIXe et XXe siècles, Mme Burgess dirige le Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal, un lieu de rencontre de différents partenaires œuvrant à la diffusion du savoir historique sur Montréal. Toutes nos félicitations !

http://www.actualites.uqam.ca/2016/joanne-burgess-admise-cercle-excellence-universite-du-quebec

 

Le dernier livre de Piroska Nagy est récompensé par l'Académie française

Le prestigieux Prix Augustin-Thierry remis par l'Académie française pour honorer un ouvrage d'histoire médiévale a récompensé, en 2016, l'importante monographie de Damien Boquet et Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l'Occident médiéval (Paris, Seuil, 2015).  Le Département d'histoire de l'UQAM est particulièrement fier de cet honneur et nous nous réjouissons de cette reconnaissance si méritée.  Professeure d'histoire médiévale qui, depuis son entrée en fonction à l'UQAM, s'engage sans relâche au développement de ce vaste chantier, Piroska Nagy poursuit ses recherches passionnantes et importantes sur les "façons de sentir" dans l'histoire.

Dans un entretien offert en marge d'une conférence en Australie en octobre 2014, Piroska Nagy décrivait la démarche et les objectifs de l'histoire des émotions.

 

 

Les années 1960 à l'international

16 mars 1965 - Manifestation étudiante devant le Consulat des États-Unis à MontréalLe cours HIS6001 est une activité de recherche thématique offerte par deux professeurs de champs différents, et constitue le cours préalable au HIS6002.  Assuré en 2016-2017 par Greg Robinson (histoire des États-Unis) et Stéphane Savard (histoire politique du Québec après 1945), le cours entend explorer des questions d'historiographie et de méthodologie en interrogeant des sources et des problèmatiques dans une perspective transnationale.

Au Québec, au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Afrique ou dans plusieurs autres régions du globe, les années 1960 – les Sixties – sont une période d’intense ébullition politique, sociale, culturelle et économique. Ainsi, au cœur même de l’Occident, émergent de nombreux mouvements citoyens qui contestent l’ordre établi dans divers domaines d’intervention. Différents groupes prennent la parole dans l’espace public et médiatique, parmi lesquels se retrouvent les jeunes (baby-boomers), les femmes, les Noirs, les Autochtones, etc. En étudiant des thématiques communes, comme la jeunesse, l’économie, l’immigration, l’affirmation ethnoculturelle, les mouvements sociaux, le nationalisme et la décolonisation, la Guerre du Vietnam ou encore la contre-culture, le cours de recherche utilisera les jeux d’échelle (Québec, Canada, Amérique du Nord, Occident, le monde) afin de développer une perspective croisée et d’analyser les années 1960 dans leur ensemble.

 

Toutes les nouvelles

Publications

Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés, 1500-1789

sciences-techniques-pouvoirs-et-societes-1500-1789

BENJAMIN DERUELLE (avec CAMILLE BLACHÈRE, AURÉLIEN RUELLET et PIERRE TEISSIER)

Paris, Atlande, 2016. 576 pages

La période qui court de la fin du Moyen Âge aux Lumières en Europe a été privilégiée par les recherches en histoire des sciences et en histoire des techniques parce que la science classique et les académies ont compté parmi les principaux terrains de recherche de l’histoire sociale et politique des sciences et parce que l’invention technique a été identifiée comme cruciale dans la légitimation des pouvoirs politiques (locaux, centraux) depuis le XVe siècle, en même temps que s’affirmait la figure des ingénieurs, au service des puissants. Ce manuel d'introduction à l'histoire des sciences et techniques investit le coeur de la révolution scientifique – c’est-à-dire le moment où s’impose la nouvelle pratique expérimentale et l’établissement de la vérité scientifique dans le cadre du laboratoire – et cible pour terrain d’exercice majeur un espace situé entre France, Angleterre et péninsule italienne, l’ajout des Pays Bas permettant de faire jouer les échelles en ajoutant un espace plus modeste mais innovant.

 

Vietnam, A New history

9780465094363

CHRISTOPHER GOSCHA

Basic Books. New York

Dans cet ouvrage, Christopher Goscha parcourt l’ensemble des faits historiques qui ont présidé à la création de l’Etat moderne du Vietnam, depuis l’antiquité jusqu'à nos jours. Des générations d’empereurs, de rebelles, de prêtres et de colonisateurs ont laissé des héritages complexes dans ce remarquable pays. L’ensemble des périodes de domination chinoise, française et japonaise ont refaçonné et modernisé le Vietnam, mais il en a été de même avec les aventures coloniales entreprises par les Vietnamiens eux-mêmes, et ces collisions impériales ont érigé un Vietnam parsemé de multiples cultures et populations. Au cours des siècles, bon nombre de royaumes, de dynasties et d’état ont régné – se sont battus pour- ce qui est le Vietnam. Le conflit sanglant entre la République démocratique du Vietnam d’Ho Chi Minh et la République du Vietnam soutenue par les États-Unis demeure le récent exemple d’une guerre civile qui, à la fois, a divisé et transformé le Vietnam jusqu'à nos jours.

 

L'impossible dialogue

L'impossible dialogue

YVES GINGRAS

Sciences et religions. Montréal, Boréal 2016, 352 pages.

Cet essai est né d’une interrogation : comment expliquer le retour en force, depuis les années 1980-1990, de la question des relations entre science et religion et des appels au « dialogue » entre ces deux domaines pourtant si éloignés par leurs objets et leurs méthodes ?

L’historien des sciences Yves Gingras analyse d’abord les limites théologiques de l’autonomie de la recherche scientifique au XVIIe siècle. Il retrace ensuite la longue histoire allant de la condamnation de Galilée pour hérésie en 1633 jusqu’à sa réhabilitation par Jean-Paul II après plus de trois cent cinquante ans de revendications en ce sens par les savants européens. Il montre enfin comment Dieu et la théologie naturelle sont devenus marginaux dans le champ scientifique au cours des XVIIIe et XIXe siècles, à mesure que la pensée scientifique naturaliste s’est étendue à la géologie, à l’histoire naturelle, aux origines de l’homme et à l’histoire des sociétés et des religions.

Face à la montée de mouvements religieux et spirituels néoromantiques qui rejettent les acquis des recherches scientifiques les mieux établies, l’auteur en appelle à prendre le parti de la raison.

Le livre paraît aussi aux Presses Universitaires de France.

 

 

Toutes les publications