Histoire de la peine de mort : Bourreaux et supplices, Paris-Londres, 1500-1800

risque

PASCAL BASTIEN

Paris, Seuil (L’Univers historique), 2011, 340 pages.

Poursuivant un travail de longue haleine consacré aux formes modernes du châtiment public, l'auteur présente ici une histoire de l’exécution capitale de 1500 à 1800 structurée par une dimension comparatiste qui le conduit à étudier son objet à Paris et à Londres. L’auteur, qui replace cette histoire dans les débats historiographiques suscités par la disparition des supplices et la « naissance de la prison », se propose de comprendre « les fonctions » de l’exécution capitale, « ses modalités, les peurs qu’elle imposait, les espoirs qu’elle pouvait paradoxalement inspirer et le rejet dont elle fit progressivement l’objet ». Divers matériaux sont mis au service d’une approche délibérément plurielle. Sont ainsi convoquées des sources normatives telles que les traités de droit pénal et des actes de la pratique (procès et surtout procès-verbaux d’exécution) qui rendent compte du regard porté par les magistrats sur le déroulement des exécutions capitales. À ces matériaux, l’auteur a judicieusement joint la production éditoriale (complaintes, littérature d’échafaud, biographies, gravures) qui permet d’appréhender la médiatisation de ce spectacle, ainsi que la « littérature de témoignage et les ego-documents » qui offrent la possibilité d’en approcher la perception sociale. Plus encore qu'une périodisation de l’histoire de la peine de mort, l’enseignement principal de l’ouvrage découle des vertus heuristiques de la méthode comparative mise en œuvre par l’auteur. — Patrice Péveri, compte rendu dans Annales HSS, 67/1, 2012.