Informations – cycles supérieurs

Choix d'une direction de recherche

Règlement no 8, Article 8.1.4.2.2

La direction de recherche aide l’étudiante, l’étudiant à établir son programme d’études, à définir, s’il y a lieu, son projet de recherche et à l’assister dans les difficultés rencontrées au cours de ses études. Il lui incombe de guider l’étudiante, l’étudiant tout au long de son projet de recherche, de l’évaluer, d’autoriser le dépôt de son travail de recherche et de superviser les corrections exigées par un jury ou par le SCAE.

Il lui incombe également d’apprécier le travail accompli par l’étudiante, l’étudiant et d’en aviser, au besoin, la direction du programme.

L’étudiante, l’étudiant a la responsabilité de prendre contact avec une direction de recherche potentielle pour discuter des projets de recherche possibles et des opportunités offertes dans le domaine. On trouvera ici la présentation du corps professoral habilité à diriger des recherches.

Grille de cheminement

Le programme de maîtrise en histoire vise à former des spécialistes en histoire qui manifestent une réelle maîtrise : a) de la discipline dans ses productions et interprétations; b) des techniques et méthodes de production et de communication de la recherche historique. Il veut également former des enseignantes et des enseignants pour le niveau collégial, ainsi que des chercheurs pouvant répondre aux besoins de différents milieux professionnels. Enfin, il prépare aux études de troisième cycle en histoire. Cette formation s’inscrit dans une perspective d’ouverture aux autres sciences humaines.

Le cheminement avec mémoire (profil recherche) a pour objectifs spécifiques de former des historiennes et des historiens capables : a) d’établir des stratégies de recherche originales, satisfaisant aux exigences de la pratique historienne ; b) de mettre ces stratégies en œuvre à travers un projet de recherche de nature fondamentale; c) de communiquer des résultats de recherche sous la forme d’un mémoire.

Grille de cheminement de la maîtrise en histoire.

Le programme de doctorat en histoire a pour objectif de former des historiennes et des historiens capables d’apporter une contribution significative à la connaissance du passé. Il permet la maîtrise et l’approfondissement d’une culture historique, d’une démarche scientifique et des méthodes de l’histoire. Il favorise l’ouverture aux problématiques et aux méthodes d’autres disciplines. En développant les aptitudes à la communication orale et écrite, le programme de doctorat veut aussi sensibiliser les jeunes docteures, docteurs en histoire à l’application de la recherche dans différents secteurs d’activités intellectuelles et professionnelles.

Le programme comporte à la fois des activités de scolarité et des activités de recherche. La scolarité est de 15 crédits. La recherche repose principalement sur la réalisation d’une thèse.

Les détenteurs d’une maîtrise en histoire ou l’équivalent, obtenue avec une moyenne d’au moins 3,2 sur 4,3, sont admissibles au programme. Ceux dont la moyenne se situe entre 2,8 et 3,2 peuvent, dans certaines conditions, voir leur dossier examiné par le sous-comité d’admission et d’évaluation. Ce dernier peut aussi admettre des candidats possédant les connaissances requises, une formation appropriée et une expérience jugée pertinente.

Le candidat doit posséder une bonne connaissance de la langue anglaise et la connaissance d’une troisième langue peut être exigée si elle est nécessaire à l’itinéraire et au sujet de thèse choisi.

Grille de cheminement du doctorat en histoire.

Dépôt de sujet

Programme de maîtrise

L’étudiante ou l’étudiant doit remplir les formulaires de dépôt de sujet de mémoire et de protocole éthique à la fin du premier trimestre d’inscription à son programme de maîtrise. Ces formulaires, signés et approuvés par son directeur ou sa directrice, doivent être transmis à Madame Li Lei, assistante à la gestion de l’unité de programmes de cycles supérieurs en histoire (A-6050). Lors de la remise des formulaires à Madame Li Lei il faudra remplir un troisième formulaire (SDU105b) qui n’est disponible qu’à son bureau, en format papier. Ces formulaires seront ensuite soumis au Sous-comité d’admission et d’évaluation des cycles supérieurs en histoire pour approbation. Un étudiant ou une étudiante ne peut s’inscrire au séminaire obligatoire HIS7013 tant que son dépôt de sujet n’a pas été accepté par le SCAÉ.

Programme de doctorat

À la fin du deuxième trimestre d’inscription au programme, l’étudiante ou l’étudiant doit soumettre son sujet de thèse doctorale à l’approbation du Sous-comité d’admission et d’évaluation des cycles supérieurs en histoire. Ce document doit être remis au bureau de Madame Li Lei, assistante à la gestion des programmes de cycles supérieurs en histoire (A-6050). Ce document de 2 500 mots doit contenir les éléments suivants :

  • le titre provisoire de la thèse ;
  • la présentation du sujet et de la problématique ;
  • les contributions envisagées à l’historiographie et à l’avancement de la connaissance ;
  • les sources potentielles et leur pertinence pour répondre aux questions de recherche.

À ce document, l’étudiant ou l’étudiante doit joindre une bibliographie de 2 pages.

Grille et horaires des cours
Guide de présentation des mémoires et des thèses

Pour vous aider à mettre en page votre mémoire de maîtrise ou votre thèse de doctorat, voici un fichier Word déjà formaté pour correspondre aux normes de présentation du Département d’histoire de l’UQAM.

Pour les règles de présentation du mémoire (notes de bas de page, bibliographie, etc.), nous vous invitons également à consulter le Guide des étudiants de premier cycle (p. 12 et suivantes).

Inscription, absence autorisée et prolongation

(Règlement no 8, article 4.4)

L’étudiante régulière, l’étudiant régulier doit s’inscrire à chacun des trimestres d’été, d’automne et d’hiver jusqu’à la fin de ses études, sauf dans le cas où une autorisation d’absence ou de congé parental a été obtenue. L’étudiante, l’étudiant doit effectuer son choix d’activités aux dates et dans les délais prescrits par le calendrier universitaire, selon les procédures applicables ou établies par sa Faculté d’attache. Le défaut d’inscription à un trimestre entraîne l’exclusion, sous réserve des articles 4.6 (absence autorisée), 4.7 (congés parentaux) et 4.13 (désistement).

Examen doctoral

L’examen doctoral est une activité préalable au Projet de thèse qui repose sur la réalisation d’un programme de lectures visant à élargir les connaissances de l’étudiant.e et définir le grand contexte intellectuel de sa recherche. L’examen doctoral n’a donc pas pour objectif de réaliser le bilan historiographique qui est une composante plus précise d’une activité ultérieure, le projet de thèse. Le programme de lecture est normalement divisé en deux grands champs (spatio-temporel, thématique, théorique ou méthodologique) à définir par le « comité d’évaluation » en fonction des besoins spécifiques de formation de l’étudiant.e et de ses intérêts de recherche. Une fois formé, le comité d’évaluation et l’étudiant.e s’entendent, avant le trimestre d’inscription, sur les publications à lire qui doivent totaliser, à titre indicatif seulement, de 8 000 à 9 000 pages. L’évaluation du cours devra porter sur les rencontres préparatoires (25%), la rédaction d’un essai de 15 pages (25%) et un examen oral de 2 heures (50%) à la fin du trimestre (l’essai doit être remis une semaine avant l’examen oral). Afin d’orienter la rédaction de l’essai et la discussion lors de l’examen oral, le comité d’évaluation devra soumettre une courte liste de questions avant la 10e semaine du trimestre. Le comité d’évaluation et l’étudiant.e devront établir, avant le début du trimestre, le calendrier des rencontres et des activités d’évaluation. Cette entente devra être écrite et transmise au SCAÉ qui le conservera pour future référence.

L’étudiante, l’étudiant qui subit un échec à l’examen doctoral a droit à une reprise. Ce droit de reprise doit s’exercer au plus tard dans le courant de l’année suivant l’échec. Un nouvel échec à cette reprise ou le défaut de reprise dans le délai prescrit entraîne l’exclusion du programme.

Présentation du projet de thèse

À la suite de l’activité Examen doctoral, l’étudiant.e doit déposer un projet de thèse de 20 à 30 pages, comprenant l’exposé de ses hypothèses, les principaux éléments de sa problématique, l’état de l’historiographie pertinente, le corpus de sources sur lequel il compte travailler, la méthodologie à laquelle il aura recours et son plan de travail. Le texte du projet de thèse devra être soutenu devant un jury composé de trois personnes, normalement membres du comité de thèse. Cette soutenance devra avoir lieu au semestre d’hiver suivant l’Examen doctoral.

Soutenances (mémoire et thèse)

À venir

Concentration en études féministes

Il est possible de compléter ses études de 2e ou de 3e cycle en histoire avec une concentration en Études féministes.

Au 2e cycle en histoire, la concentration en études féministes vise à :

  • favoriser la spécialisation en études féministes à l’intérieur du programme de maîtrise en histoire
  • favoriser le développement d’une réflexion théorique et l’utilisation d’approches féministes dans les projets de recherche
  • consolider le bassin de ressources et de réseaux en études féministes

Les conditions à remplir pour suivre cette concentration sont d’être supervisé.e par un ou une professeure membre de l’IREF (Institut de recherche et d’études féministes) ou du RéQUEF (Réseaux québécois en études féministes) et d’avoir un projet de recherche axé spécifiquement sur les femmes ou le genre et/ou les féminismes dans l’histoire.

Au 3e cycle, la concentration en études féministes vise à :

  • offrir une spécialisation en études féministes à l’intérieur du programme de doctorat en histoire
  • favoriser une approche multidisciplinaire capable d’intégrer les enjeux théoriques des études féministes dans la discipline historique
  • stimuler les échanges et les débats autour des meilleures connaissances et méthodes en études féministes
  • soutenir le développement d’une communauté dynamique de chercheurs et chercheuses en études féministes

Les conditions à remplir pour suivre cette concentration sont d’être supervisé.e par un ou une professeure membre de l’IREF (Institut de recherche et d’études féministes) ou du RéQUEF (Réseaux québécois en études féministes) et d’avoir un projet de recherche axé spécifiquement sur l’histoire des femmes ou du genre et/ou des féminismes.

Il peut aussi être pertinent de devenir membre du RéQEF. Pour plus d’informations, consultez la page web du Réseau : https://reqef.uqam.ca/

Codirections et cotutelles

À venir

 

Département d’histoire

Le Département d’histoire offre six programmes de 1er cycle, un programme de maîtrise et un programme de doctorat. Il jouit d’une réputation d’envergure internationale grâce au travail et à la réalisation de ses enseignants et de ses étudiants. Ses domaines d'enseignement et de recherche touchent un large éventail de champs spatio-temporels et thématiques, depuis l'Antiquité jusqu'à la période contemporaine et à travers l’histoire des sciences et des techniques, l’histoire du genre, l’histoire du droit, l’histoire des Autochtones et l’histoire sociale, urbaine, politique et culturelle.

Suivez-nous

Coordonnées

Département d'histoire
Local A-6055
1255, St-Denis
Montréal (Québec) H2X 3R7