Publications

The Shiites of Lebanon under Ottoman Rule, 1516–1788

risque

STEFAN WINTER

Cambridge University Press, 2010, 218 pages.

The Shiites of Lebanon under Ottoman Rule provides an original perspective on the history of the Shiites as a constituent of Lebanese society. Winter presents a history of the community before the 19th century, based primarily on Ottoman Turkish documents. From these, he examines how local Shiites were well integrated in the Ottoman system of rule, and that Lebanon as an autonomous entity only developed in the course of the 18th century through the marginalization and then violent elimination of the indigenous Shiite leaderships by an increasingly powerful Druze-Maronite emirate. As such the book recovers the Ottoman-era history of a group which has always been neglected in chronicle-based works, and in doing so, fundamentally calls into question the historic place within ‘Lebanon’ of what has today become the country’s largest and most activist sectarian community.

Fondements et pratiques de l’enseignement de l’histoire à l’école

risque

ROBERT MARTINEAU

Presses de l’Université du Québec, 2010, 310 pages.

Pourquoi apprend-on aujourd’hui l’histoire à l’école, pourquoi l’enseigne-t-on et, conséquemment, comment devrait-on l’enseigner ?

Pour répondre à cette question, l’auteur explore les racines de l’enseignement de l’histoire pour bien en mesurer l’évolution et son inextricable lien avec l’évolution de la société dans laquelle il s’inscrit. Il en retrace les fondements épistémologiques, en apprécie les fondements éthiques et politiques et, finalement, en saisit les fondements didactiques.

Il s’intéresse ensuite à la pratique de cet enseignement dans la planification pédagogique, l’intervention en classe d’histoire, l’utilisation des ressources et l’évaluation des apprentissages.

D’abord conçu pour les étudiants en formation des maîtres en enseignement de l’histoire, cet ouvrage ne propose pas une seule façon d’enseigner l’histoire, mais souhaite soutenir les futurs enseignants dans leur appropriation des fondements de leur pratique et les outiller dans les choix pédagogiques qu’ils auront à faire quotidiennement. Il s’adresse également aux enseignants en exercice désirant mettre à jour leur pratique et ses fondements.

Les Chiliens au Québec. Immigrants et réfugiés, de 1955 à nos jours

risque

JOSÉ DEL POZO

Montréal, Boréal, 2009, 424 pages.

Par leur nombre, par leur fort degré d’intégration à la société d’accueil, les Chiliens occupent une place à part parmi les communautés immigrées au Québec. On s’est surtout intéressé à leur condition d’exilés. Pour la plupart des Québécois, le Chilien, c’est le réfugié, arrivé de façon impromptue à cause du coup d’État de 1973, qui n’a pas planifié sa nouvelle vie ici et qui songe continuellement à rentrer chez lui.

Mais cette vision des choses est réductrice, car parallèlement à celui des réfugiés, il s’est produit un mouvement migratoire motivé par d’autres raisons et qui est à l’origine de l’afflux continu des Chiliens au Québec, avant comme après la dictature. Tant les réfugiés que les immigrants ont vécu un processus qui est allé au-delà de l’insertion pour devenir un enracinement graduel, à l’encontre du retour tant annoncé par plusieurs. La grande majorité des Chiliens sont restés au Québec.

Ce livre adopte une double perspective : d’une part, analyser la mouvance collective des Chiliens, à travers leurs associations et leurs clubs ; d’autre part, retracer les trajectoires individuelles, celles des personnes qui participent à la vie collective, celles des autres, qui ont choisi de s’investir essentiellement dans leur vie personnelle.

À travers le cas des Chiliens, c’est sur le processus même de l’adoption de la culture québécoise par les nouveaux-venus que ce livre jette un éclairage passionnant.

Connecting Histories: Decolonization and the Cold War in Southeast Asia, 1945-1962

risque

SOUS LA DIRECTION DE CHRISTOPHER GOSCHA et CHRISTIAN OSTERMANN

Stanford University Press, 2009, 450 pages.

Connecting Histories: Decolonization and the Cold War in Southeast Asia draws on newly available archival documentation from both Western and Asian countries to explore decolonization, the Cold War, and the establishment of a new international order in post-World War II Southeast Asia.

Major historical forces intersected here—of power, politics, economics, and culture—on trajectories East to West, North to South, across the South itself, and along less defined tracks. Especially important, democratic-communist competitions sought the loyalties of Southeast Asian nationalists, even as some colonial powers sought to resume their prewar dominance. These intersections are the focus of the contributions to this book, which use new sources and approaches to examine some of the most important historical trajectories of the twentieth century in Burma, Vietnam, Malaysia, and a number of other countries.

Histoire humaine des animaux de l’Antiquité à nos jours

risque

JANICK AUBERGER et PETER KEATING

Paris, Ellipses, 2009, 277 pages.

L’animal a pu se passer de l’homme pendant presque toutes l’histoire de la vie sur Terre, mais l’inverse est impossible. L’histoire de l’homme est aussi celle des bêtes, et les rapports qui les unissent sont très contrastés, l’homme pouvant être à la fois et tour à tour la victime et le bourreau de ceux qu’on a pu appeler parfois  » nos frères inférieurs  » (François d’Assise). ce livre essaie de faire le point sur les liens qui unissent l’homme et l’animal depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Sans prétendre à l’exhaustivité, il cherche surtout à varier les points de vue et à multiplier les regards que l’homme a pu poser sur les animaux, essentiellement dans nos sociétés occidentales tant du point de vue des pratiques que du point de vue de la représentation. A la suite de leur domestication et dans d’autres cas de leur apprivoisement, les religions ont conditionné largement leur place dans notre monde. Confortés ensuite par les opinions des philosophes et des scientifiques depuis la plus haute Antiquité, les hommes ont utilisé les animaux, manipulé leurs espèces pour les rendre plus profitables, ils les ont aimés et craints, massacrés et adulés tout en modifiant leur regard au fur et à mesure que l’air du temps changeait. Ce sont ces variations que nous essayons d’examiner, tout en constatant que par-delà les contradictions qui voient l’homme s’interroger sur l’animal tout en l’exploitant sans vergogne, l’imaginaire humain a toujours accordé la plus grande importance aux bêtes : l’art en témoigne largement depuis les grottes préhistoriques. Cette omniprésence de l’animal ne saurait faire oublier la question à ce jour encore sans réponse : qu’est-ce qu’un animal ? Peut-être le saura-t-on si l’on sait un jour ce qu’est un homme…

Le sujet des émotions au Moyen Age

risque

SOUS LA DIRECTION DE PIROSKA NAGY et DAMIEN BOQUET

Paris, Beauchesne, 2009, 520 pages.

Une trentaine de chercheurs, des médiévistes pour la plupart, abordent un domaine qui a souvent échappé au regard de l’historien en se fondant sur les apports des sciences humaines et sociales. Ils montrent comment les hommes du Moyen Age parlaient de leurs émotions, les manifestaient, comment se révèle ainsi le miroir d’un monde complexe et pleinement humain.

A Tragedy of Democracy:Japanese Confinement in North America

risque

GREG ROBINSON

Columbia University Press, 2010, 397 pages.

The confinement of some 120,000 Japanese Americans during World War II, often called the Japanese American internment, has been described as the worst official civil rights violation of modern U. S. history. Greg Robinson not only offers a bold new understanding of these events but also studies them within a larger time frame and from a transnational perspective.

L’Enseignement de l’histoire au début du XXIe siècle au Québec

risque

MICHEL SARRA-BOURNET et FÉLIX BOUVIER

Sillery, Septentrion, 2008, 180 pages.

Quel rôle doit jouer l’enseignement de l’histoire, surtout l’histoire nationale, dans notre société ? Doit-il être tourné vers le passé ou vers l’avenir ? Doit-il être mis au service de la citoyenneté, de l’identité ou même de l’édification nationale ? Le nouveau programme de formation en histoire et éducation à la citoyenneté, inspiré de l’histoire sociale et des plus récents travaux de didacticiens, vise à refléter la diversification de la société québécoise. Pour certains, cela remet en cause l’histoire nationale.

Mais le « renouveau pédagogique » évolue dans ses approches et sa pédagogie L’apprentissage par les élèves du primaire et du secondaire des réalités historiques du Québec et du monde, à l’aide de situations d’apprentissage novatrices, tout comme les effets du nouveau curriculum, commencent à peine à être étudiés. Cet ouvrage propose de faire le point sur un domaine en plein renouvellement.

Avec des textes de Félix Bouvier, Ivan Carel, Mourad Djebabla, Étienne Dubois-Roy, Luc Guay, Paul Inchauspé, Alexandre Lanoix, Samy Mesli, Sébastien Parent, Julien Prud’homme, Christian Rioux, Jacques Rouillard et Michel Sarra-Bournet.

Mine Okubo: Following Her Own Road

risque

SOUS LA DIRECTION DE GREG ROBINSON ET ELENA TAJIMA CREEF

University of Washington Press, 2008, 224 pages.

Paintings, drawings, and writings by the Nisei artist, writer, and community activist Mine Okubo, author of the landmark Citizen 13660–arguably the best-known narrative of the Japanese American relocation experience–are reproduced along along with new critical articles, reminiscences, and photographs dealing with her life and work. Greg Robinson is professor of history at Universit du Qubec Montral. Elena Tajima Creef is professof of women’s studies at Wellesley College.

« Nous protégeons l’infortune » : Les origines populaires de l’économie sociale au Québec

risque

MARTIN PETITCLERC

Montréal, VLB éditeur, 2007, 288 pages.

(Prix Lionel-Groulx, Fondation Yves St-Germain et Institut d’histoire de l’Amérique française, 2007) (Prix Clio-Québec, Société historique du Canada, 2007)

Nous protégeons l’infortune, telle était la devise de l’Union Saint-Joseph qui fut au XIXe siècle l’une des plus importantes sociétés de secours mutuels au Québec. Dans ce livre pionnier, Martin Petitclerc étudie ces associations mutualistes qui ont cherché, à l’époque du libéralisme triomphant, à développer la solidarité de la classe ouvrière pour la protéger des aléas de l’existence. Il explique les raisons de leur succès comme les limites de leur action. Il étudie les rapports qu’elles ont entretenus avec les élites cléricale ou financière et le rôle qu’elles ont joué dans la prise de conscience politique des ouvriers. Martin Petitclerc éclaire ainsi les questions relatives aux origines de l’économie de marché, de la protection sociale, du syndicalisme, du droit associatif et des coopératives. C’est tout un pan méconnu de l’histoire qui nous est révélé ici et qui montre la profondeur des aspirations démocratiques et de la culture de solidarité des milieux populaires québécois.

Département d’histoire

Le Département d’histoire offre six programmes de 1er cycle, un programme de maîtrise et un programme de doctorat. Il jouit d’une réputation d’envergure internationale grâce au travail et à la réalisation de ses enseignants et de ses étudiants. Ses domaines d'enseignement et de recherche touchent un large éventail de champs spatio-temporels et thématiques, depuis l'Antiquité jusqu'à la période contemporaine et à travers l’histoire des sciences et des techniques, l’histoire du genre, l’histoire du droit, l’histoire des Autochtones et l’histoire sociale, urbaine, politique et culturelle.

Coordonnées

Département d'histoire
Local A-6055
1255, St-Denis
Montréal (Québec) H2X 3R7

Suivez-nous