Publications

L’impossible dialogue

L'impossible dialogue

YVES GINGRAS

Sciences et religions. Montréal, Boréal 2016, 352 pages.

Cet essai est né d’une interrogation : comment expliquer le retour en force, depuis les années 1980-1990, de la question des relations entre science et religion et des appels au « dialogue » entre ces deux domaines pourtant si éloignés par leurs objets et leurs méthodes ?

L’historien des sciences Yves Gingras analyse d’abord les limites théologiques de l’autonomie de la recherche scientifique au XVIIe siècle. Il retrace ensuite la longue histoire allant de la condamnation de Galilée pour hérésie en 1633 jusqu’à sa réhabilitation par Jean-Paul II après plus de trois cent cinquante ans de revendications en ce sens par les savants européens. Il montre enfin comment Dieu et la théologie naturelle sont devenus marginaux dans le champ scientifique au cours des XVIIIe et XIXe siècles, à mesure que la pensée scientifique naturaliste s’est étendue à la géologie, à l’histoire naturelle, aux origines de l’homme et à l’histoire des sociétés et des religions.

Face à la montée de mouvements religieux et spirituels néoromantiques qui rejettent les acquis des recherches scientifiques les mieux établies, l’auteur en appelle à prendre le parti de la raison.

Le livre paraît aussi aux Presses Universitaires de France.

Les Chinois à Saint-Pétersbourg

Alexeeva

OLGA V. ALEXEEVA

Histoire et portrait d’une communauté en mutation. Montréal, Presses de l’Université du Québec, coll. Asies contemporaines, 2015, 246 pages.

De deux à cinq millions de Chinois seraient présents aujourd’hui sur le territoire russe. Qui sont ces migrants? Quelles raisons les poussent à choisir la Russie comme pays d’accueil? Quelles sont leurs activités principales et comment s’insèrent-elles dans les tissus économiques locaux? Qu’en est-il de la vie associative au sein de cette population ? Quelle politique la Russie a-t-elle adoptée à l’égard de cette nouvelle population ? Comment la population locale russophone réagit-elle à la présence de migrants chinois en Russie?

Basé sur des informations qualitatives et quantitatives originales recueillies lors de quatre missions de terrain en Chine et en Russie, cet ouvrage dresse le portrait de la communauté chinoise à Saint-Pétersbourg et, à travers elle, celui de la diaspora chinoise en Russie. L’auteure analyse le processus de formation d’une communauté ethnique, son évolution dans le temps et en fonction des différents facteurs sociopolitiques et économiques, sa place au sein de la société d’accueil et ses perspectives de développement.

Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval

9782020976459

PIROSKA NAGY et DAMIEN BOQUET

Paris, Seuil, coll. L’Univers historique, 2015, 480 pages.

Que peut-on savoir de la vie affective du Moyen Âge ? Sur ce sujet longtemps négligé, les sources sont pourtant nombreuses : la littérature profane et spirituelle, l’iconographie, les chroniques, mais aussi la théologie et la médecine nous livrent mille indices sur la place des émotions dans la vie sociale.

De la colère d’un puissant à l’indignation du petit peuple, de la honte démonstrative d’une sainte à la crainte de la honte d’un grand, de l’amitié entre moines à la souffrance à l’imitation du Christ, de l’enthousiasme d’un groupe de croisés à la peur d’une ville entière face à la guerre ou à la peste qui approche, les exemples sont multiples. L’émotion n’est pas l’expression d’une confusion des esprits ni d’un chaos des règles sociales. Tous ces éclats de joie et de douleur, signes d’une humanité entière, produisent du sens qui ne se comprend que dans son contexte. Tout au long du millénaire médiéval, un modèle chrétien d’affectivité, élaboré à petite échelle dans les laboratoires monastiques, se construit, se répand, pénètre la société, tout en interagissant avec d’autres modèles, déjà présents ou en voie de construction parallèle, comme celui de la culture de cour.

L’émotion au Moyen Âge irrigue les relations sociales, dans une diversité d’interprétations et une vitalité culturelle qui impressionnent.

Indochine ou Vietnam?

Goscha

CHRISTOPHER E. GOSCHA

Paris, Vendémiaire, 2015, 192 pages.

« L’Indochine française est formée de cinq merveilleux départements : la Cochinchine, le Cambodge, l’Annam, le Tonkin, le Laos »… Tel était le message que l’on pouvait trouver dans un ouvrage destiné, à la fin du XIXe siècle, aux enfants des écoles de cette nouvelle colonie française.

Puis vinrent la Seconde Guerre mondiale et les décolonisations, dans un mouvement de l’histoire qui paraît simple et linéaire : de l’effondrement d’un empire à l’indépendance des territoires conquis, d’une mosaïque de peuples arbitrairement réunis à la construction d’États modernes… Pourtant, les anciens colonisés continuèrent longtemps à se penser eux-mêmes comme des Indochinois. Un effet de l’éducation dispensée pendant des décennies, sans doute. Mais aussi de l’expansionnisme vietnamien, et de la longue association de ce peuple avec les colonisateurs dans l’administration des territoires. De fait, les Vietnamiens, tous horizons politiques confondus, furent bien plus enclins qu’on ne le croit à construire leur nouvelle identité sur l’ancien modèle colonial. Beaucoup trouvèrent dans la révolution et la lutte pour l’indépendance un motif d’asseoir leur domination sur les autres États de la région…

Une étude inédite sur l’identité indochinoise, qui invite à repenser l’histoire coloniale de la péninsule.

Wall Flower, de Rita Kuczynski

Wall Flower

Traduit par ANTHONY J. STEINHOFF

A Life on the German Border, Toronto, University of Toronto Press, 2015, 200 pages.

Les Mémoires exceptionnels et francs d’une expérience de vie parmi l’intelligentsia est-allemande, Wall Flower raconte la vie de Rita Kuczynski à Berlin pendant les années suivant l’édification du mur de Berlin, de son travail d’ouvrière dans une manufacture d’ampoules électriques et ses études à l’Institut de philosophie de la Humboldt Université, jusqu’à sa présence aux anniversaires de l’élite politique est-allemande.  Récit lyrique et sensible de la vie dans l’ancienne République démocratique allemande, ce livre nous offre les observations vives et critiques d’une personne qui, vivant au coeur de l’État est-allemand, se sentait toujours étrangère à l’Est.

Crisis in the Later Middle Ages

Drendel

dirigé par JOHN DRENDEL

Beyond the Postan-Budy Paradigm. Brepols, collection « The Medieval Countryside », 2015, 368 pages.

Les contributions réunies dans ce volume sont issues du premier de cinq colloques internationaux consacrés à la conjoncture européenne en 1300. Ils réfléchissent et interrogent l’influence durable du modèle malthusien de crise économique proposé par Michael Postan tel qu’il a été interprété par Georges Duby.  À travers des bilans historiographiques et des études originales, les auteurs réinterprètent la crise conjoncturelle au Moyen Âge sur le continent et en Grande-Bretagne.  À leur lumière, la société médiévale est tissée par un réseau complexe de relations économiques, politiques et sociales qui s’étendent jusqu’aux limites des hautes terres de la Méditerranée et des landes d’Angleterre.

Histoire des Goths, de Procope

Édité et traduit par JANICK AUBERGER et Denis Roques

Paris, Les Belles Lettres, 2015, 2 volumes sous coffret.

Les Guerres gothiques livrées au VIe siècle après J.-C. par l’empereur Justinien et mises à l’écrit par Procope de Césarée en quatre livres exigeaient une traduction et un commentaire nouveaux, d’autant plus que le regard traditionnel que les historiens portent sur les Goths s’est radicalement renouvelé depuis quelques décennies.
L’ouvrage éclaire l’histoire du VIe siècle et les tensions entre les Goths, les populations barbares entre elles, le pouvoir byzantin et les Romains d’Italie, et il révèle la manière dont Procope de Césarée, qui est la source essentielle pour cette époque, rend compte des événements avec, vraisemblablement, ses choix personnels qui trahissent ses idées et révèlent les tensions entre les différentes cultures qui sont en train de mettre un terme à ce que la périodisation nomme, un peu artificiellement, l’Antiquité. Cet ouvrage complète la traduction commentée de l’Histoire secrète de Procope, parue dans cette même collection en 1990 (Pierre Maraval), La Guerre contre les Vandales, parue en 1990 (Denis Roques) et les Constructions, en 2011 (Denis Roques).

1931 – 1945 Asie Pacifique, l’autre guerre mondiale

CHRISTOPHER GOSCHA (et al.)

L’Histoire, 413, juillet 2015.

Il y a soixante-dix ans, la Seconde Guerre mondiale s’achevait tragiquement à Hiroshima. Et si elle avait commencé dès 1931 sur le théâtre asiatique ? C’est en effet à cette date que le Japon s’empare de la Mandchourie et entreprend une expansion qui le mène jusqu’aux Philippines. Cela le conduira au face-à-face avec les États-Unis en 1941 après l’attaque de Pearl Harbor. Le conflit devient alors vraiment mondial.

Christopher Goscha vient aussi de faire paraître un article dans la dernière livraison d’Hérodote, 157, 2015 : « La géopolitique vietnamienne vue de l’Eurasie : quelles leçons de la troisième guerre d’Indochine pour aujourd’hui? ».

Parlementer

Capturedecran.jpg

MICHEL HÉBERT

Assemblées représentatives et échange politique en Europe occidentale à la fin du Moyen Âge, Paris, Editions de Boccard, 2014, 696 pages. Premier Prix Gobert de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres de France.

Parlements dans les îles britanniques, assemblées d’états dans le royaume de France et sa périphérie, cortes dans la péninsule ibérique: les assemblées représentatives apparaissent dans tous les espaces politiques de l’Europe occidentale chrétienne aux derniers siècles du Moyen Age. Au-delà d’une réflexion sur les chemins de l’inégal développement d’un phénomène qui a pu nourrir dans les historiographies nationales l’idée d’un exceptionnalisme politique, en Angleterre, d’une constitution pactisée, en Espagne, ou d’un échec sous les coups de boutoir de l’absolutisme naissant, en France, cet ouvrage se veut d’abord et avant tout un essai d’anthropologie historique de la représentation parlementaire dans la perspective d’une histoire politique en plein renouvellement.

Inde et Chine – Atlas des mondes de l’Asie

atlas-inde-chine_1.jpg

CHRISTOPHER GOSCHA

L’Histoire, Les Collections Spécial Atlas, no 402, août 2014.

Christopher Goscha est l’un des 40 prestigieux historiens et géographes qui ont participé à l’édition du volume Inde et Chine – Atlas des mondes asiatiques publié par la revue L’Histoire.  « Avec près de 4 milliards d’êtres humains aujourd’hui, l’Asie méridionale et orientale constitue le plus considérable ensemble humain. Depuis l’émergence de deux civilisations, indienne et chinoise, qui ont irrigué l’ensemble du continent, jusqu’à la puissance retrouvée de cette aire de nos jours, cet atlas vous invite, à l’aide de 80 cartes et graphiques, à découvrir l’Asie autrement. Un voyage à travers les routes de la soie, l’Empire mongol, les comptoirs portugais, l’Inde de Gandhi ou la Chine de Mao ».

Département d’histoire

Le Département d’histoire offre six programmes de 1er cycle, un programme de maîtrise et un programme de doctorat. Il jouit d’une réputation d’envergure internationale grâce au travail et à la réalisation de ses enseignants et de ses étudiants. Ses domaines d'enseignement et de recherche touchent un large éventail de champs spatio-temporels et thématiques, depuis l'Antiquité jusqu'à la période contemporaine et à travers l’histoire des sciences et des techniques, l’histoire du genre, l’histoire du droit, l’histoire des Autochtones et l’histoire sociale, urbaine, politique et culturelle.

Coordonnées

Département d'histoire
Local A-6055
1255, St-Denis
Montréal (Québec) H2X 3R7

Suivez-nous